NARBONNE Théâtre/Cinéma : Projection-Débat sur l'évolution du site Orano-Malvési " EXPERTISES" de Patrick MILANI

NARBONNE Théâtre/Cinéma : Projection-Débat sur l'évolution du site Orano-Malvési  " EXPERTISES" de Patrick MILANI

Communiqué de Patrick MILANI :

 

Projection-débat sur l’évolution du site Orano-Malvézy.

Le 20 décembre à 20h30, projection du film « Expertises » au Théâtre-Scène Nationale de Narbonne (entrée gratuite).

Cette projection sera la première pour ce film, une première plutôt particulière considérant le contexte.

A proximité de Narbonne se trouve l'usine Orano Malvésy.  C’est une usine de raffinage et de conversion du yellowcake sous la forme de tétrafluorure d'uranium.
Dans les décennies précédentes ont été conçus des bassins de stockage des eaux contaminées par la décantation des boues radioactives. Ces bassins, à l’air libre, dispersent leurs nuisances autour du site. L’aberration aujourd’hui reconnue, il faut maintenant trouver une solution. Pour éliminer les eaux, il n’y a qu’à les incinérer sur place, suggère la Direction. Et les effluents ? nocifs pour la population ? Des rapports d’experts attestent que non. Comme d’habitude ? s’inquiète la population. Mais le Préfet a tranché.
Les manifestations se succèdent, les pétitions rassemblent des dizaines de milliers de signatures, une sentinelle est même organisée tous les premiers samedi du mois devant l’Hôtel de ville.
La population souhaite dès lors un débat, ce film a été conçu dans cette optique : informer et permettre le retour à une libre parole citoyenne. La projection du 20 décembre sera le lancement de ce grand débat. Un débat que nous souhaitons ouvert et respectueux des opinions de chacun pour être vraiment efficace. Place aux citoyens…

 

Bande-annonce du film EXPERTISES

https://www.youtube.com/watch?v=uteRnmpe3_Y

 

 

Synopsis :

Un journaliste se trouve en possession d’un document qui prouve la dangerosité d’un futur site de traitement des eaux nitratées (filière nucléaire). Le site a fait l’objet de contestations et de manifestations. Le préfet a néanmoins donné le feu vert pour la mise en place. De nombreux intérêts sont en jeu et les expertises ont vraisemblablement été faussées pour obtenir l’accord d’ouverture. La société exploitant le site doit impérativement empêcher la diffusion de ce document. Un des dirigeants propose de faire appel à un ancien militaire, exécuteur de basses besognes de l’Etat, pour « dissuader » le journaliste de sortir l’affaire. Ils préparent ensemble une opération d’intimidation. Cette opération est un échec qui, si elle est connue, achèvera d’anéantir la crédibilité du projet. Une seule alternative : éliminer le journaliste. Pour l’ancien militaire, c’est un cas de conscience et il hésite. Il a été formé pour défendre son pays, pas pour commettre des assassinats pour des motifs économiques discutables. Mais son commanditaire, homme froid et sans scrupule, le convainc de la nécessité de l’action : à ce stade, ils ne peuvent plus reculer, ceux qui les emploient ne plaisantent pas….

 

Thème du film :

Le masque de l’expert, figure incontournable du grand carnaval de l’ère postindustrielle. Celui qui sait…. jusqu’à nouvel ordre…. ! Ordre de qui ? s’inquiète une servante, que l'on croit sortie d'une comédie de Molière, avant d’ajouter : « Si les questions scientifiques et techniques présentent de possibles conséquences vitales pour l’humanité, ne devraient-elles pas être soumises à l’intérêt général, faire l’objet de débats parmi les intéressés ? » Et de conclure en demandant à son maître : « Diriez vous qu’une société qui trancherait de telles affaires sans l’avis de ses populations demeurerait un État démocratique ? » Un danger pour la population ? Que nenni, point du tout ! Tout est sous contrôle. Comme à Tchernobyl ou Fukushima ? D’autres experts, sans doute moins audibles, affirment que "L'influence de l'homme sur le système climatique est claire et en augmentation avec des incidences observées sur tous les continents. Si on ne les maîtrise pas, les changements climatiques vont accroître le risque de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour l'être humain et les écosystèmes" (5ème rapport de synthèse du GIEC). A Narbonne, lieu du film, les spécialistes des décennies précédentes ont conçu des bassins de stockage d’eaux contaminées par la décantation des boues radioactives. Ces bassins, à l’air libre, dispersent leurs nuisances autour du site. L’aberration aujourd’hui reconnue, il faut maintenant trouver une solution. Pour éliminer les eaux, il n’ y a qu’à les incinérer sur place. Et les effluents ? nocifs pour la population ? Les rapports d’experts attestent que non. Comme d’habitude ? s’inquiète la population. Mais le préfet a tranché. « Il est des chemins qui ne mènent nulle part. Si nous ne faisons rien, que laisserons nous, demain, à nos enfants ? » s’interroge la journaliste du film, en conclusion d’un documentaire.

 

 

39 Vues

Commentaires